l'étrangleur de Strasbourg
Affaires criminelles

Nicolas Charbonnier : l’étrangleur de Strasbourg condamné !

le
13 mars 2018

Janvier 1986. Un terrible drame vient de se produire dans la charmante ville de Strasbourg, en Alsace. Marion, 10 ans, vient d’être trouvé terrorisé dans son lit par sa mère. La jeune fille a été agressée et violée avant d’être étranglée et laissée pour morte. Mais qui est l’étrangleur de Strasbourg ?

 

Le cauchemar des victimes de l’étrangleur de Strasbourg

C’est un véritable cauchemar que vont vivre les victimes de l’étrangleur de Strasbourg, Nicolas Charbonnier. Durant la nuit, l’homme s’introduit dans la chambre de ses victimes. En plein sommeil et sans défense, Marion âgée de 10 vit l’horreur.

Ses parents dorment paisiblement dans la chambre d’à côté pendant que leur petite-fille se fait agresser. La perversion de l’agresseur va encore plus loin : deux semaines, seulement, après l’agression, il téléphone au domicile de la jeune Marion.

La mère de Marion répond au téléphone avant d’entendre une terrible confidence. Nicolas Charbonnier pose des questions sur la santé de Marion avant d’ajouter « Vous êtes la mère de la fille que j’ai agressée. Comment elle-va ? ».

Sous le choc, la mère de famille qui culpabilise de ne rien avoir entendu cette nuit-là blêmit. Marion a été agressée, violée et laissée pour morte. Avant de raccrocher, l’étrangleur de Strasbourg délivre une dernière information, son nom : Zorro.

Mais l’horreur porte deux noms : Marion et Martine. Deux mois après avoir agressée la jeune fille de 10 ans, l’étrangleur de Strasbourg s’infiltre au domicile de Martine.

Agée alors de 17 ans, au moment des faits, Martine décède suite à l’agression de Nicolas Charbonnier. L’étrangleur de Strasbourg ne change pas ses habitudes et utilise le même mode opératoire : il s’infiltre dans des chambres situées au rez-de-chaussée en cassant un carreau munit d’une cordelette dédiée à la strangulation. Cette nuit-là, il tente de tuer la sœur de Martine qui arrive à se débattre et le faire fuir.

 

27 ans après les faits l’étrangleur de Strasbourg est condamné

En 2016, soit 27 ans après les faits, le procès de Nicolas Charbonnier s’ouvre. Le premier chantier des jurés est complexe. Ils doivent définir si l’agression et le meurtre de la jeune Martine est prescrit aux yeux de la justice française. Mais, l’étrangleur de Strasbourg est bien jugé pour les deux chefs d’accusation.

Nicolas Charbonnier est arrêté en 2013 grâce à l’acharnement d’un policier. Le policier cherche depuis des années dans le fichier national des empreintes une concordance avec l’empreinte palmaire trouvée en 1986. Et en 2013 : bingo ! L’étrangleur est identifié en la personne de Nicolas Charbonnier, ajouté au fichier national à la suite d’affaires de vols de voiture et cambriolages en Gironde.

Durant le procès Laurent Guy, avocat général, déclare que l’étrangleur de Strasbourg doit « affronter son passé » qui est toujours « le présent des victimes ».

C’est donc tout naturellement que Nicolas Charbonnier, âgé de 50, est reconnu coupable pour l’ensemble des chefs d’accusation à la réclusion criminelle.

l'étrangleur de Strasbourg

Photo : AFP

 

Un profil psychologique à deux visages

Durant le procès, deux visions de l’étrangleur de Strasbourg s’affrontent. Celle de son ex-femme, qui le considère comme un « homme gentil, respectueux et bienveillant ». Et celles des experts psychologiques qui le considère comme un « sadique, pervers et narcissique ».

Militaire en Alsace au moment de ses crimes, ce Parisien d’origine part se réfugier en Gironde l’année suivant ses agressions.

Dès son arrestation, l’homme souhaite parler et ne nie pas son implication dans les faits qui lui sont reprochés. Cependant, il avoue avoir cambriolé les domiciles des jeunes filles mais se dédouane, des agressions. Mais, l’étrangleur de Strasbourg craque rapidement et avoue l’intégralité des faits.

Pour la petite anecdote : cet homme, devenu père de famille est arrêté après avoir déposé son enfant âgé de 10 ans à l’école. 10 ans soit l’âge de sa première victime.

l'étrangleur de Strasbourg

Photo : AFP

TAGS
Articles associés

Laissez un commentaire

Juliette
France

Partager. Échanger. Passionnée par les faits divers et affaires criminelles. Etudiante en M2 Communication et Marketing Digital.

Rechercher
Mon livre du moment